lundi 12 février 2018

Fiches de Préparation Mentale

Ces fiches sont l'oeuvre d'un travail collectif au sein d’un groupe de travail national créé en 2012 sur la thématique «Psychologie et Performance».
Ce collectif était composé de personnes venant des horizons de la psychologie du sport, du coaching, de la préparation mentale, de l’entraînement et de la psychologie clinique. Cette diversité se retrouve également dans les cadres professionnels de chacun : INSEP, CREPS, Ecole Nationale, Université, Cabinet Privé. Chacun de membre du groupe est, ou a été, fortement impliqué dans le milieu du haut niveau avec un passé de sportif de haut niveau pour certains d’entre eux.
Ont œuvré ont sein de ce « Groupe ressource Psychologie et performance » : Magalie BATON (Coach certifiée HEC, intervenante pour l’INSEP de 2010 à 2014) ; Nathalie CREPIN (Psychologue clinicienne au CREPS de Wattignies) ; Nadine DEBOIS (Docteur en STAPS (psychologie) en poste au service de recherche de l’INSEP jusqu’en 2014) ; Anne DESPLANQUES (Psychologue clinicienne d’orientation psychanalytique) ; Olivier GUIDI (responsable de l’unité de préparation mentale au CREPS PACA - Aix en Provence) ; Anne-Claire MAQUET (Docteur en STAPS (psychologie), en poste au Département Recherche de l’INSEP) ; Jean-Michel MATTIUSSI (Conseiller technique national (CTN) natation / course à la fédération française de natation) ; Gilles MONIER (intervient dans les domaines de la préparation mentale et du coaching à l’ENVSN) ; Ingrid PETITJEAN (sportive de haut niveau titrée en voile olympique (470), certifiée en coaching et préparation mentale) ; Cedric QUIGNON-FLEURET (Psychologue clinicien, responsable de l’Unité de psychologie du sport à l’INSEP) ; Elisabeth ROSNET (Docteur en psychologie, précédemment chef de la mission recherche de l’INSEP, aujourd’hui en poste à l’université de Reims) ; Cécile TRAVERSE (Docteur en STAPS (psychologie), intervenante indépendante en préparation mentale).

Les fiches sont réparties en trois thématiques.
  • Les fiches outils : Ces fiches ont pour rôle d’informer sur des outils ou méthodes utilisables directement soi même en tant qu’entraîneur. Elles soulèvent une problématique à laquelle nous pouvons être confronté dans notre quotidien et proposent des pistes concrètes susceptibles de nous aider dans l’action.
  • Les fiches réflexions : Ces fiches ont pour objet de développer les thématiques liées au rôle et à la prise en compte de la dimension mentale dans l’entrainement. Elles permettent, sur la base de situations typiques, de donner un éclairage et des axes de réflexion personnelle.
  • Les fiches institutionnelles et pratiques : Ces fiches ont pour but de vous informer sur les aspects institutionnels concernant le domaine de la psychologie du sport, les statuts des intervenants en psychologie du sport, les méthodes d’investigation.
Sommaires et liens des fiches.
Fiches outils
FICHE 1- LES SIGNES DE RECONNAISSANCE {O.GUIDI}
FICHE 2- LA RESPIRATION ABDOMINALE {N.CRÉPIN}
FICHE 3- TECHNIQUES DE RELAXATION {N.CRÉPIN}
FICHE 4- LE SWITCH {BASCULER ET CHANGER} {N.CRÉPIN & F.DELERUE}
FICHE 5- ACCOMPAGNER L’ATHLÈTE BLESSÉ {O.GUIDI}
FICHE 6- LA RESPIRATION CARRÉE {O.GUIDI}
FICHE 7- LE TRIANGLE DE KARPMANN {M.BATON}
FICHE 8- LA COHÉSION DE GROUPE {N.CRÉPIN}
FICHE 9- LES ROUTINES DE CONCENTRATION {E.ROSNET}
FICHE 10- CRITIQUER DE FAÇON CONSTRUCTIVE {E.ROSNET}
FICHE 11- MÉDITATION ET SPORT {O.GUIDI}
FICHE 12- L’ENTRETIEN D’AUTO-CONFRONTATION {AC.MAQUET}
FICHE 13- FIXER DES OBJECTIFS {O.GUIDI}
FICHE 14- L’IMAGERIE MENTALE {AC.MAQUET}
FICHE 15- FAIRE EXPLICITER {AC.MAQUET & G.MONNIER}
FICHE 16- LE BRIEFING {AC.MAQUET}
FICHE 17- LE DÉBRIEFING {AC.MAQUET}
FICHE 18- LA BOUSSOLE DE L’INVESTISSEMENT {O. GUIDI}

Fiches réflexions
FICHE 1- LES DANGERS DE LA DÉPENDANCE AU SPORT {N.CRÉPIN}
FICHE 2- LE RECOURS À UN INTERVENANT EXTÉRIEUR {C.TRAVERSE}
FICHE 3- GAGNER, À QUEL PRIX? {C.TRAVERSE}
FICHE 4- QUELLE PLACE ACCORDER À L’AUTONOMIE DU SPORTIF? {M.BATON}
FICHE 5- COMMENT APPRENDRE DE SES ÉCHECS? {G.MONIER}
FICHE 6- QUEL ÉTAT D’ESPRIT POUR L’EXCELLENCE EN COMPÉTITION? {G.MONIER}
FICHE 7- L’ARTICULATION DES ACTIONS DES ENTRAÎNEURS {JM.MATTUISSI}
FICHE 8- L’ENTRETIEN D’EXPLICITATION {AC.MAQUET, G. MONIER}
FICHE 9- AMÉLIORER LA CONSCIENCE DE SOI {M. BATON, O. GUIDI}
FICHE 10- QUELLE PLACE ACCORDER AU LÂCHER-PRISE DANS LA CARRIÈRE SPORTIVE ? {N.BATON & O.GUIDI}

Fiches institutionnelles et pratiques
FICHE 1 - STATUT ET RÔLE ET DU PRÉPARATEUR MENTAL {C.TRAVERSE}
FICHE 2 - STATUT ET RÔLE DU PSYCHOTHÉRAPEUTE {C.QUIGNON-FLEURET}
FICHE 3 - STATUT ET RÔLE DU COACH {M.BATON}
FICHE 4 - STATUT ET RÔLE DU PSYCHOLOGUE {C.QUIGNON-FLEURET}
FICHE 5 - DÉONTOLOGIE DE L’INTERVENANT {C.TRAVERSE}
FICHE 6 - LES DIFFÉRENTS INTERVENANTS EN PSYCHOLOGIE DU SPORT {M.BATON/ N.DEBOIS}
FICHE 7 - LE BILAN PSYCHOLOGIQUE OBLIGATOIRE {C.QUIGNON-FLEURET}
FICHE 8 - LA PROGRAMMATION NEURO-LINGUISTIQUE {PNL} {O.GUIDI}
FICHE 9 - LA PSYCHOLOGIE CLINIQUE {N.CRÉPIN}
FICHE 10 - L’APPROCHE COGNITIVO-COMPORTEMENTALE {N.DEBOIS}
FICHE 11 - STATUT ET RÔLE DU PSYCHANALYSTE {A.DESPLANQUES}
FICHE 12 - LE MBTI® {M.BATON}
FICHE 13 - SE FORMER {O.GUIDI/C.TRAVERSE}
FICHE 14 - LA PROCESS COM® {O.GUIDI/I.PETITJEAN}
FICHE 15- L’ÉVALUATION PSYCHOLOGIQUE {N.DEBOIS}
FICHE 16 - TESTS ET QUESTIONNAIRES {N.CRÉPIN}
FICHE 17- PRÉVENTION CONTRE LE HARCÈLEMENT ET LES VIOLENCES SEXUELLES DANS LE SPORT {E. ROSNET}
 

jeudi 25 janvier 2018

Préparation mentale et compétition

La boussole de l’investissement (préparation mentale et compétition)
Dans ce post je vous présente un "outil", une approche, issu de mon expérience professionnelle.

Il est devenu courant de distinguer l’orientation motivationnelle des sportifs en fonction de deux critères : l’orientation vers la tâche (la maîtrise) ou l’ego (la compétition). Sur la base de cet axe compétition/maîtrise, et tenant compte de l’expérience subjective, du vécu des sportifs dans leurs pratiques sportives, je propose d'ajouter un deuxième axe : l’orientation d’un mode d’existence centré sur l’Avoir ou l’Etre. En croisant l’axe compétition/maîtrise et l’axe avoir/être, nous obtenons quatre grandes catégories d’investissement sportif que j'ai conventionnellement nommées : le confectionneur, l’inspiré, l'hédoniste, l’opportuniste.

Ces catégories recouvrent en fait un ensemble de comportements, sentiments, sensations, pensées qui sont particuliers à chacun et se traduisent par une mobilisation de son énergie, de sa persévérance, de sa concentration, de ses attitudes propre à chaque cadran de la boussole. Chaque sportif(ve) possède en lui la capacité de mobiliser ces quatre moteurs, pas nécessairement à sa convenance mais en réaction à l’environnement et/ou à ses propres croyances et valeurs sur l’échec et la réussite.
L’attitude « confectionneur » (avoir/maîtrise) : pour lui rien ne sera jamais assez bon. Il aura tendance à être dans la recherche constante de l’élément technique, tactique, et matériel lui permettant d'être le meilleur. De posséder le maximum d'atouts et d'en tirer le meilleur parti. Son souci sera d’élaborer un ‘soi-même’, ou une extension de soi (embarcation, véhicule, monture,...) plus fonctionnel, voire parfait. Il a la croyance que le gagnant est celui qui est le plus perfectionné, le plus abouti.
L’attitude « inspiré » (maîtrise/être) : il n'aura de cesse d'aller chercher au fond de lui-même l'énergie. Cherchant à maîtriser au mieux la tâche, s'investissant pleinement dans des exercices complexes, il recherche la satisfaction à développer pleinement des capacités qu'il sait en lui, à y puiser sa force. Tel l’artiste qui revient inlassablement sur son travail jusqu'à une forme d'épuration esthétique, il possède en lui la croyance que le gagnant est celui qui faisant le plus d’effort passionnément parvient à aller le plus loin possible dans ses retranchements.
L'attitude « hédoniste » (être/compétition) : pour lui, l'exaltation, l'excitation à se sentir vivant est la prime des choses. Et il en tirera d'autant plus de plaisir que l'expression de ses compétences lui permettra de battre ses adversaires. Ce fort sentiment d'existence et d’enrichissement de l'être, cette jouissance est la base de sa croyance sur la gagne. Nul ne peut vaincre sans prendre un maximum de plaisir. Gagner c’est arriver à libérer cette excitation encore plus intensément que tous ses concurrents.
L’attitude « opportuniste » (compétition/avoir) : il sera question, pour lui, de tirer au maximum profit de ses compétences et du contexte. De créer des opportunités afin de passer habilement et sans effort devant tout le monde. C'est une personne douée dans ce qu'elle fait et elle entend bien exploiter à fond ses coups de génie pour parvenir au-dessus de la mêlée. Dans sa croyance, « que le meilleur gagne », cela signifie le plus malin et le plus habile : « je les ai bien eus ! » ; sous-entendu « je ne me suis pas fait avoir ! »

Tout sportif investi dans sa pratique compétitive, quelle que soit son orientation sur la « boussole », possède en lui l'envie et l'intention de gagner, de s'investir à fond, de prendre du plaisir. Ce qui les différencie entre eux se rapporte à la manière de s'y prendre, à leurs centres d’intérêts, et à leurs croyances sur la gagne. En tant qu’entraîneur, je possède également mes propres croyances sur le meilleur chemin de la gagne. Prendre conscience/connaissance de son propre fonctionnement, le partager, permet de comprendre et de :
  • Renforcer sa stratégie d’excellence : accepter et accueillir son fonctionnement « de base ». 
  • Développer des stratégies de remédiation : en fonction du contexte (compétition majeure, challenger, outsider, stage, entraînement,...) apprendre à jouer sur les 3 autres moteurs. 
  •  Comprendre des pertes de repères et/ou de motivation en cours de carrière et se recentrer. 
  •  Apprendre à investir sa pratique autrement en cas d’addiction (maximisation de l’Avoir)
  •  Coacher ou formuler des demandes de coaching plus adapté à chacun.
  •  Au final, améliorer le rendement de l’entraînement et l’investissement en compétition
Exemple de procédure pour faciliter l’exploration chez soi et chez les sportifs.
Première étape : à chacune des questions suivantes les participants notent chacune de leurs réponses – un mot clé, phrase courte – sur un seul bout de papier :
1.      Qu’est-ce qui vous attire dans la compétition de votre discipline ?
2.      Qu’est-ce qui vous a poussé à vous y investir ?
3.      Pourquoi cela prend-il cette place dans votre vie ?
4.      Qu’est-ce qui fait gagner les meilleurs selon vous ?
Suite à cette étape, sous forme d’échange et discussion, chacun va positionner au sol (préalablement vous aurez tracez le cadran au sol grâce à des cordes par exemple) ses papiers et se placer sur la zone où il a posait le plus de réponses et qu’il pense lui correspondre le plus souvent.
Dernière étape : chaque sportif(ve) devra nommer pour lui l’énergie qu’il ressent dans son cadran de base ainsi que les trois autres et précisez quand et comment il arrive les mobiliser.
Loin d’être un énième test, cet outil est un moyen de s’interroger, personnellement, en groupe, lors d’entretiens, sur ses représentations et croyances à la base de nos comportements à l’entraînement et en compétition. Plus le sportif sera jeune, plus il sera intéressant de noter les décalages et/ou similitudes entre les croyances de ses entraîneurs, de ses parents et lui-même. Cela pourrait être le révélateur d’une profonde autodétermination et/ou de comportements conformistes aux attentes des uns et des autres. A explorer. En fonction de l’âge et du type de relation dans le groupe entraîneur/sportifs il peut s’avérait plus bénéfique de faire appel à un tiers pour mener ce travail d’exploration en groupe.

Pour les plus curieux vous pourrez trouver tous les détails dans mon dernier ouvrage "Le cycle de l’autonomie" : la relation entraîneur/sportif comme vecteur de la performance.

mardi 19 septembre 2017

Préparation mentale et relaxation Coréenne


Préparation Mentale : nouvelle formation de 3 jours à la relaxation Coréenne, pratique de préparation mentale psycho-corporelle, du vendredi 17 novembre au dimanche 19 novembre 2017, à Aix-en-Provence au CREPS PACA.

 

La relaxation coréenne est une technique de détente du corps et du mental se pratiquant au sol. Elle se pratique sans avoir recourt à la parole. Le « receveur » est allongé sur le dos, habillé en tenue souple et confortable, pendant que le « donneur » intervient en partant des pieds et en montant graduellement vers la tête.  Par une mobilisation passive des membres (étirements et vibrations), le « donneur » induit progressivement une détente profonde des grandes chaines musculaires et un « lâcher prise ».
Pour qui ?
Cette formation est destinée aux entraîneurs ; intervenants en préparation mentale ; intervenants en psychologie du sport, et toute personne intéressée par le bien-être.

Contenu de la formation
Découvrir et expérimenter la relaxation coréenne, ses usages et son intérêt dans la préparation sportive.

Compétences
Être capable de donner des séances individuelles et collectives de relaxation coréenne.

mercredi 9 septembre 2015

Préparation mentale : "le cycle de l'autonomie"

J'ai enfin le plaisir de vous annoncer la sortie de mon dernier ouvrage : "Le cycle de l'autonomie", sept 2015, 224 pages. Cette ouvrage traite de la thématique de la relation entraîneur/sportif, un aspect incontournable en préparation mentale : Quel entraîneur suis-je ? Quelle relation co-élaborer avec le sportif ? Pour quels effets ? Questions primordiales à se poser pour qui veut enrichir sa posture et ses compétences relationnelles d’entraîneur dans le but d’améliorer l’engagement des sportifs.
12 mois avant les JO de Rio, voilà de quoi continuer à peaufiner son approche. Pour commander et plus de renseignements rendez-vous sur le site http://www.dumental.com/


mardi 12 mai 2015

Préparation mentale et fixation d'objectif

Je vous présente une petite capsule de 15 mn de formation sur un des éléments incontournable de la préparation mentale et sportive. Merci d'être indulgent sur la mise en forme de la narration faite sur le vif. Espérant que ce diaporama vous interpelle, vous questionne, et vous inspire dans votre pratique.

Cliquez-là !

 



lundi 17 novembre 2014

S'entraîner à perdre... L'épilogue

En rééditant mon ouvrage "S'entraîner à perdre, guide pas pratique. Ou comment apprendre à se jouer de ses échecs" [1], j'y ai apporté, en plus de quelques autres ajouts, un épilogue (p 130 et 131). Je vous le livre ici car cette épilogue pourrait tout aussi bien être un prologue tant le déroulement de la lecture des chapitres peut s'avérer spiralée et récursive.

Épilogue


Dans ses dialogues imaginaires avec le peintre Belge Bran Van Velde, Samuel Beckett fait le constat que : « être un artiste, c’est échouer comme nul autre n’ose échouer [2] ».


En toute modestie, pourquoi ne pas faire notre cette excellente formulation ? Et si l’essence même du sportif était résumée dans cette citation ? « Être un sportif, c’est échouer comme nul autre n’ose échouer. » Magnifique !  La boucle est bouclée. Enfin quelqu’un de sensé qui nous donne à connaître notre vraie nature. Nous n’avons plus à nous débattre contre cette dictature de la gagne en cherchant à mettre au point toutes sortes de stratégies pour s’en sortir ; inutile de « s’entraîner à perdre » ; arrêtons de nous débattre ; acceptons simplement que nous ne pouvons pas faire autrement qu’échouer !


Dès lors la question du « comment faire pour échouer ? » devient insignifiante. Il apparaît plus sensé de se demander : « allons-nous échouer ? ». Sur quels rivages ? Et de nouvelles métaphores s’offrent à nous : celle du naufragé, de l’aventurier, du voyage initiatique. Une vie où se perdre n’est plus se perdre, où trouver c’est se retrouver, où s’ouvrir à soi c’est découvrir les autres. Et tel le Baron Münchhausen [3], nous tirant nous-même par notre chevelure, nous nous extrayons de cet imaginaire sportif exclusivement construit autour de métaphores guerrières : partir au combat, vaincre ou mourir, défendre, attaquer, avoir l’esprit conquérant, être un guerrier, etc. Ne plus entrer systématiquement en guerre contre soi et/ou les autres mais en aventure !


            Un sport devenu véritablement une quête, où l’objet de la quête aura, au final, moins d’intérêt que l’expérience de la quête elle-même. Une aventure fabuleuse, une épopée, dans laquelle le héros, au péril de sa vie, et en dépit des pièges à déjouer, s’affranchira des obstacles posés par d’autres, ou par lui-même, surmontant ses propres peurs et apprivoisant son corps et son esprit.  


            « Moi, vainqueur », « Moi, gagnant », « Moi, président », émois, émois ? Voilà l’objet apparent et trompeur de la quête : un « Moi » fort, voire despotique ! Un « Moi » pour satisfaire papa, maman, les professeurs, les entraîneurs, l’école, la société ? Et « Soi » dans tout cela ? Ce qu’il y a d’exceptionnel dans le sport de compétition est cette possibilité de s’ouvrir à soi-même et/ ou de se cacher de soi-même. Cette dynamique est synthétisée dans la figure ci-dessous.



            Quelles voies avez-vous empruntées jusqu’à présent ? Laquelle choisirez-vous maintenant ? Où allez-vous échouer, sur quels rivages ? Et pourquoi ne pas échouer chez Soi ?


[1]S'entraîner à perdre, guide pas pratique, Olivier Guidi, Ed Dumental, 2006, 2014 
[2]Trois dialogues, Samuel Beckett, Ed. Minuit, 1998
[2] Les cheveux du Baron Münchhausen, Paul Watzlawick, Ed. Seuil, 1991
 

samedi 8 mars 2014

La méthode d’Auto Détermination de la Vocation Sportive : l’ADVS. Vers une nouvelle approche de la préparation mentale.

Ces dernières années, dans le cadre de mes interventions avec les pôles sportifs, j’ai été amené à intervenir, de plus en plus régulièrement, de manière collective, et sur une thématique bien précise : l’appropriation du projet sportif par les sportifs eux-mêmes. Un autre versant de la "préparation mentale".

Il peut, à première vue, paraitre paradoxal d’intervenir sur cette thématique avec des jeunes ayant fait le choix et/ou étant sélectionnés pour venir sur un pôle. Cependant, avec les sportif(ve)s entrant en pôles espoirs et/ou pôles France jeune, nous avons constaté quelques difficultés récurrentes, d’ordres motivationnelles, se manifestant par :
  • Méconnaissance des contraintes et engagements qu’implique une pratique de haut-niveau
  • Peu ou faible appropriation personnelle de la dynamique du projet sportif
  • Peu ou pas de méthode de gestion de ses objectifs et de la compétition 
 J’ai donc élaboré un nouvel « outil » d’intervention sur la base de quelques années d’expériences et du cadrage conceptuel suivant reposant sur : un usage des méthodes auto descriptives ; l’importance et l’impact de la notion de perception ; l’importance et impact de la notion de représentation ; les questions d’attributions causales ; les mécanismes de défenses ; les théories de la motivation. 

Cette approche consiste à la mise en place d’un scénario d’intervention établi autour de 8 à 10 séquences avec des outils types. Même si l’ensemble du processus peut être efficace dans un travail individuel, il a cependant toute sa pertinence à être mené en groupe : car c’est « en partageant qu’on réalise que la peur est un sentiment partagé par tous. Alors le caractère aigu de la souffrance individuelle s’estompe. Les peurs reprennent leurs dimensions humaines et universelles. On peut envisager ses propres peurs de manière plus positive et inspirante » ; l’autre dimension est la phase très riche de passage de relais, à l’entraîneur, du travail accomplis par le groupe.  

Le processus de la méthode met en œuvre :
  • Au plan comportemental, une co-élaboration de sa feuille de route de compétition.
  • Au plan émotionnel, un partage, une prise de conscience, et une acceptation.
  • Au plan cognitif, du sens et une appropriation personnelle du projet sportif.
  • Au plan groupal, une autorégulation de la dynamique.
Elle vise à :
  • Une exploration et appropriation personnelle de son projet sportif.
  • Une meilleure autonomie et meilleur engagement dans le processus d’entraînement.
  • Une éducation à l’intégration de la dimension mentale et affective dans la performance.
  • Participer au progrès sportif et/ou à l’amélioration des résultats.
Mise en œuvre :
  • Séances collectives hors présence de l’entraîneur.
  • Restitution collective du travail à l’entraîneur après chaque séquence.
  • Dernière séance « passage de relais » : le groupe avec l’entraîneur.

L’offre de formation (inscrite au Plan National de Formation du MSJEPVA) :

Le format : 3 jours pour des intervenants expérimentés dans le domaine et/ou diplômés en préparation mentale ou en psychologie avec une expérience du haut-niveau. Prévoir 2 jours préalables pour des entraîneurs et des formateurs désirant s’approprier cette méthode.

Dates : 17, 18, 19 novembre 2014